dans la vie il faut partager, dissertation reçue par internet, il fallait le dire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

dans la vie il faut partager, dissertation reçue par internet, il fallait le dire

Message  Marie-Hélène Ferrari le Sam 8 Mai - 20:01

Sujet : Existe-t-il des endroits privilégiés pour lire ?
























Pensez vous qu’il existe des endroits privilégiés pour lire ?
Que ce soit chez soit ou ailleurs, tout le monde lis. La lecture est avant tout un moment de détente qui nous permet d’avoir un instant d’évasion, de liberté. Existe-t-il des lieux privilégiés pour lire ?

Nous allons voir dans une première partie qu’il n’y a pas de lieux privilégiés à la lecture, puis dans un deuxièmement nous verrons qu’il y a des lieux qui sont plus adaptés à la lecture.





On peut lire ou que l’on soit, chez soi, dans les rues en marchant, dans des bibliothèques, et dans d’autres endroits…Que l’on lise chez soit ou dans une bibliothèque on est toujours emporté par l’histoire si on est sérieux pendant la lecture. Ils n’existent donc pas de lieux vraiment spécifiques pour lire. Car on peut emmener un livre ou un journal où que l’on veut. Et lire chez soit ou au bureau, c’est la même chose, car la lecture c’est juste un moment ou le lecteur peut lire, si il est sérieux et donc de comprendre l’histoire, mais aussi de lui permettre de s’évader, d’être capturer par cette lecture et ca que ce soit il y a 60 ans ou aujourd’hui c’est la même chose.
La religion n’infecte en rien la lecture, que l’on soir chrétien ou musulman on peut lire ou que l’on veut, ce que l’on veut, et ca a le même effet. La connaissance peut donc ainsi être permise pour tout les lecteurs de toutes les religions. La lecture toujours était inscrite dans la culture de pays car les livres gardent les histoires des pays, les cultures des pays. La lecture est une pratique ancestrale, un art de vivre. Ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer.





+ + + + + + + +






Nous avons vu qu’ils n’existaient pas vraiment d’endroits spécifiques pour la lecture. Mais par contre, les lecteurs on des habitudes qui ne se perdes pas depuis des années voir des siècles. Les lecteurs aiment bien s’isoler pour lire. Et donc choisissent de lire dans des endroits comme dans leur chambres, leurs lits, mais surtout le péché mignon des lecteurs est de lire dans les Toilettes. Car ils aiment être dans des moments de détente, de silence, seul, dans le calme. Les livres entrent aux toilettes comme des bandes de femme pendant les périodes des soldes infinies dans les magasins. Cette lecture sur le trône est un art de vivre, une pratique ancestrale qui ne risque pas de changer. Attention à ne pas être trop confiant, certains livres sont durs à finirent, exemple La recherche de Proust sur la lunette relève à avoir une grosse envie indéterminée. Les toilettes semblent être l’itinéraire le plus privilégié par les lecteurs à soif de lire en plaine solitude et tranquillité. Les toilettes aiment garder leurs trophées littéraires, lus, relus, et décortiqués. C’est cette littérature sans date de péremption, durable et jubilatoire, que Cabinet de lecture entend célébrer. Une littérature à tête- et à fesse- reposé.
avatar
Marie-Hélène Ferrari

Messages : 154
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 57
Localisation : Pianottoli-Caldarello

Voir le profil de l'utilisateur http://web.mac.com/mferrari5/site

Revenir en haut Aller en bas

dernier billet d'hervé

Message  penserosu le Lun 5 Déc - 1:12

Bhumibol Adulyadej, souverain horsdu commun





Dans machronique du 2 décembre concernant le Laos, j’ai évoqué les années 80 et meslongs séjours en Thaïlande. A partir de 1981, j’entrepris des études àl’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, où j’obtins deuxdiplômes en 1983, puis deux diplômes supérieurs en 1985, tous en langues etcivilisations thaï et lao. Mes séjours en Thaïlande me permirent de maîtriserdavantage la langue thaïe, tandis que mon travail avec les réfugiés laotiensfacilitèrent ma connaissance de la langue lao (ces deux langues sont d’ailleurscousines, comme peuvent l’être l’Allemand et l’Alsacien, ou l’Italien et leCorse).

Durant mesannées thaïlandaises, il est un homme qui m’impressionna particulièrement. Plusque l’homme lui-même, c’est plutôt la respectueuse vénération que lui portaitle peuple thaï, et le mystère qui entourait sa personne qui m’impressionnaientet m’intriguaient tout à la fois. 30 ans plus tard, je suis toujours aussiimpressionné et intrigué. Je n’ai jamais oublié ces salles de cinéma oùl’ensemble des spectateurs se levait au début de la séance, lorsquequ’apparaissait son image à l’écran et que retentissait l’hymne royal.

Cet homme,qui célèbre son 84è anniversaire en ce 5 décembre, c’est, on l’aura compris, leroi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej[1].Il défraie rarement la chronique, dans les grands médias internationaux. Il estpourtant le plus ancien Chef d’Etat en exercice de la planète, puisqu’il règnedepuis le 9 juin 1946 (65 années !), même s’il ne fut couronné qu’en 1950.A l’étranger, il est peu connu du grand public. Sait-on, par exemple, que cesouverain est né à Cambridge, dans le Massachussetts, où étudiait sonpère ? Les Français ignorent probablement qu’il est parfaitementfrancophone. Il fit ses études en Suisse, à Lausanne, à partir de 1933, d’abordà l’Ecole Nouvelle de Suisse Romande, puis au Gymnase Classique, où il obtintson baccalauréat littéraire, avant d’étudier le droit et les sciencespolitiques. On ignore aussi que le roi est un musicien accompli et uncompositeur talentueux. Il a même joué avec de grands noms du jazz, tels queBenny Goodman. C’est aussi un peintre doué et un excellent photographe. Le roiest en outre l’auteur d’au moins deuxlivres, et c’est aussi un traducteur. Ces quelques éléments suffiraient à euxseuls pour en faire un souverain hors du commun. Mais c’est l’ensemble de savie qui en fait un être exceptionnel. Cette vie se confond d’ailleurs avecl’histoire de son pays au XXe siècle.

Rien nedestinait Bhumibol à devenir Roi de Thaïlande. Son père[2]ne l’était pas, et il avait un frère aîné. Il convient d’abord de rappeler quela dynastie dont il est issu, celle des Chakri, a non seulement bâti le Siammoderne, mais elle a aussi sauvegardé l’indépendance du pays. Le premier de sesrois monta sur le trône en 1782 et fonda du même coup la nouvelle capitale, quifut nommée Kroungthep Mahanakhon. Elle porte ce nom encore aujourd’hui, même sila mégapole thaïlandaise est connue internationalement sous le nom du petitvillage de pêcheurs qu’elle était avant de devenir la capitale royale :Bangkok. A l’époque, le Siam se relevaitd’un quasi anéantissement : en 1769, l’ennemi héréditaire birman s’étaitemparé de la capitale Ayutthaya et avait annihilé la famille régnante,déportant l’élite du pays en Birmanie. Le général qui fonda la dynastie Chakri– et la nouvelle capitale - peut doncêtre considéré comme le sauveur du Siam, celui qui restaura la nation face aupuissant voisin de l’ouest. Tout au long du XIXe siècle, les rois Chakri surentfaire preuve de détermination et d’habileté pour contenir les appétitseuropéens. Tour à tour, tous les voisins du Siam tombèrent sous la dominationétrangère : ceux de l’est formèrent progressivement l’Indochine Française,composée de cinq entités : la Cochinchine, le Tonkin, l’Annam (qui formentaujourd’hui le Viêt Nam), le Cambodge et le Laos. Ces deux derniers paysétaient très proches culturellement et religieusement du Siam, même si leurhistoire commune, très mouvementée, est faite de guerres, de montée enpuissance de l’un ou de l’autre et de déclin (pour ce qui est du Cambodge et duLaos). Le voisin birman connut le même déclin face à l’impérialisme britanniquequi lui livra trois guerres avant de le soumettre complètement et de l’intégrerà son Empire des Indes. Au sud du Siam, les petits sultanats musulmans de lapéninsule malaise tombèrent eux aussi sous la domination de Londres. De toutel’Asie, seules la Chine, le Japon et le Siam demeuraient indépendants à la finde XIXe siècle, lors de l’apogée de la puissance européenne. Le Siam servit,bien malgré lui, d’Etat tampon entre les deux grands impérialismes de l’époque,le Britannique et le Français. C’est durant ce siècle que le Siam se modernisa,particulièrement sous la conduite du cinquième souverain Chakri, le grand roiChulalongkorn, qui régna de 1868 à 1910. Il fut le premier roi à voyager àl’étranger. Il fit même deux visites officielles en France, en 1897 et en 1907.Il modernisa l’administration de son pays, lança la construction des chemins defer, créa la première université ainsi que la poste siamoise, abolitl’esclavage (1895) et fit adopter le système décimal par son pays (1908). Ilest le grand-père du roi actuel.

En 1932, sousle règne du septième Chakri, oncle de Bhumibol Adulyadej, le royaume connut une« révolution » qui le transforma en douceur, le dotant d’une monarchieconstitutionnelle. C’est alors que le pays changea de nom pour devenir « PrathetThaï », le pays des Thaïs, qui fut traduit par « Thailand », en anglais. Lesleaders de l’époque, très nationalistes, rêvaient de rassembler tous les Thaïs.En effet, les Siamois ne sont pas les seuls Thaïs. Déjà, au cours des siècles,l’ancien royaume du Lan Na (Millions de Rizières) avait été intégré au Siam (ilen constitue la partie septentrionale, sa capitale était Chiang Maï). Si lesFrançais n’y étaient pas venus, le Lan Xang (Millions d’Eléphants) auraitcertainement connu le même sort. C’est l’actuel Laos. Les Lao sont eux aussides Thaïs. Les Britanniques intégrèrent à la Birmanie le royaume Shan (nord-estdu pays). Or les Shans sont eux aussi des Thaïs. Durant l’apogée du royaume d’Ayutthaya, le Siam dominait une partie importante duCambodge, y compris l’ancienne capitale khmère, Angkor. Enfin, le Siam alongtemps imposé sa suzeraineté à certains sultanats malais[3].Ce sont tous ces territoires « perdus » que les dirigeantsthaïlandais des années 30 rêvaient de récupérer. Doit-on rappeler qu’à la mêmeépoque, Mussolini, revendiquait avec virulence la Corse, Nice, la Savoie et laTunisie, et qu’Hitler réclamait le « retour » de l’Autriche, desSudètes et de Dantzig à la mère patrie allemande ? C’est cet irrédentismepan-thaï du maréchal Phibulsonggram[4],le chef du gouvernement, qui amena la Thaïlande à s’allier avec les puissancesde l’Axe, allant jusqu’à attaquer la France en Indochine, en septembre 1940. Lerégime de Vichy, sous la pression du Japon, fut contraint de lui céder lesprovinces de Battambang et de Siem Réap (Cambodge) ainsi que les territoireslaotiens situés à l’ouest du Mékong (provinces de Sayabouri et de Champassak).Durant la même période, le gouvernement thaïlandais laissa les troupesjaponaises transiter sur son territoire pour attaquer les forces britanniqueset envahir la Birmanie et la Malaisie. Fort heureusement pour l’avenir du pays,la Thaïlande eut son de Gaulle, en la personne de Pridi Banomyong. Ce dernier avait été l’un des principauxacteurs de la révolution de 1932, qui avait permis l’introduction de la démocratie.Il avait d’ailleurs rédigé la première constitution du pays. Mais, socialiste etanti-japonais, il s’opposa aux dérives du maréchal Phibulsonggram. Alorsrégent, Pridi Banomyong refusa de signer la déclaration de guerre auxEtats-Unis et au Royaume-Uni, en 1942. Il fonda ensuite le mouvement des ThaïsLibres, permettant à la Thaïlande de passer opportunément dans le camp allié en1944, lorsque Phibunsonggram fut renversé. Le prix à payer fut la rétrocessionau Cambodge et au Laos des provinces annexées pendant la guerre.

Durant cestroubles années, la monarchie ne joua quasiment aucun rôle. En effet, le septièmeroi Chakri avait perdu son pouvoir absolu en 1932, avant d’abdiquer en 1935.Son neveu Ananda Mahidol n’avait que 10 ans lorsqu’il lui succéda. Mais lehuitième Chakri ne régna jamais : né en Allemagne en 1925, il passa toutecette période difficile en Suisse, où il vivait avec sa mère et son jeune frèreBhumibol. C’est là que les deux enfants faisaient leurs études. Il ne retournaen Thaïlande qu’en décembre 1945 mais il ne fut jamais couronné : il mourutle 9 juin 1946, à l’âge de 21 ans, dans des circonstances demeurées mystérieuses.Son corps sans vie fut retrouvé au palais. Il fut constaté qu’il avait étéfatalement blessé à la tête par une arme à feu. Une commission d’enquête devaitcependant établir qu’il ne s’était pas suicidé. Pridi Banomyong, qui étaitpremier ministre lors de cette affaire, fut, après le coup d’Etat de 1947, faussementaccusé d’avoir joué un rôle dans la mort du roi, en vue de proclamer larépublique. Il dut s’exiler, d’abord en Chine puis dans la région parisienne oùil mourut en 1983, sans jamais avoir revu son pays. J’eus sa fille, SudaBanomyong, comme talentueuse professeur de langue thaïe, au début des années 80.

C’est dansces circonstances tragiques que Bhumibol, encore étudiant en Suisse, devint leneuvième souverain de la dynastie Chakri, à l’âge de 18 ans. En 1948, le roieut un accident de voiture sur la route entre Genève et Lausanne, qui lui fitperdre l’usage de son œil droit. Peu detemps avant, lors d’un séjour à Paris, il avait fait la connaissance de lafille de l’ambassadeur de Thaïlande en France. Les deux jeunes gens sefiancèrent officiellement en 1949. Il l’épousa à Bangkok en 1950, peu de tempsavant son couronnement, qui eut lieu le 5 mai 1950. Depuis, la reine Sirikit,née en 1932, a toujours été à ses côtés. Elle lui donna quatre enfants, troisfilles[5]et un fils.

Lespremières années du roi furent assez effacées, même après son retour de Suisse.Le maréchal Pibulsonggram, revenu au pouvoir en 1951, tenait à occuper ledevant de la scène. Cependant, le jeune roi eut un rôle déterminant dans lachute du dictateur, le 16 septembre 1957. C’est à partir de cette date queBhumibol s’affirma davantage en tant que souverain, gagnant toujours davantage enprestige et en influence. Personnage discret, un mot de lui a cependant fait etdéfait les premiers ministres. Depuis son couronnement, le roi en a connu 25,dont nombre de militaires. Les généraux thaïlandais ont en effet joué un rôlemajeur dans la vie politique du pays et ce depuis 1932. Il y a eu 15 coups d’Etatréussis depuis l’avènement de Bhumibol. Deux ont échoué, en 1981 et en 1985,grâce au rôle déterminant du roi. J’ai vécu celui de 1985, quand les militairesétaient parvenus à prendre le contrôle de Bangkok, avant de rentrer dans leurscasernes à la suite d’une intervention royale aussi discrète qu’efficace.

Malgré lesaléas d’une vie politique tourmentée et de gouvernements souvent corrompus, leroi a continué à régner durant toutes ces années, devenant un symbole derectitude morale et de permanence des valeurs de la nation thaï. En octobre1973, lors des grandes manifestations estudiantines contre le régime dumaréchal Thanom Kittikachorn, il fit ouvrir les portes de son palais auxmanifestants qui tentaient d’échapper à la répression. Puis, il n’hésita pas àrecevoir en audience les leaders étudiants, provoquant par ce seul geste lachute du dictateur. En 1992, lors d’une nouvelle crise politique, il convoquales deux protagonistes et les admonesta au cours d’une audience retransmise endirect à la télévision. C’est le spectacle des deux politiciens agenouillés devantle roi, écoutant, soumis, la ferme intervention royale qui retourna le pays etlui permit de sortir de la crise.

C’est enmatière de développement que le roi a laissé sa marque. Depuis les années 60,il sillonne son royaume, multipliant les initiatives et les projets. Grâce àlui, de nombreux grands projets d’irrigation en zone rurale ont vu le jour. Aufil des ans, le souverain a élaboré un concept de développement original, nommé« économie de suffisance ». Dans un discours prononcé en 1974, lorsde la fondation de l’Université Kasetsart, il l’a défini ainsi : « Ledéveloppement du pays doit être réalisé par étapes. Il doit débuter avecl’établissement d’infrastructures permettant l’accès à l’alimentation et auxbesoins de base de la population, grâce à des méthodes qui doivent être économiques,prudentes et en conformité avec les principes. Une fois cette fondationfermement établie, le progrès peut être continuellement, soigneusement etéconomiquement promu. Cette approche permettra d’éviter les erreurs et leséchecs et conduira à l’accomplissement certain et complet des objectifs ».

C’est cetteinsistance en faveur d’un développement des zones les plus défavorisées du paysqui a permis d’éloigner le spectre de la menace communiste, qui était bien réeldurant les années 70. Alors que la guerre du Viêt Nam faisait rage, gagnant leLaos et le Cambodge, des foyers de guérilla s’étaient développés dans lescampagnes pauvres du nord-est du pays, frontalier de ces deux pays. Lelancement de nombreux projets de développement royaux, dans cette région, aplus surement permis l’éradication de ces maquis que l’action de l’arméethaïlandaise.

Si cesprojets de développement ont été lancés et réalisés, c’est grâce aux moyens financiersque le Bureau des Propriétés de la Couronne a pu leur apporter. Cet organisme,qui est gère les biens de la couronne, est indépendant du gouvernement. Il n’estresponsable de sa gestion et de son action devant nul autre que le roi enpersonne. La fortune gérée par ce Bureau est immense. La couronne est en effetle premier propriétaire terrien du pays, et les revenus générés par cespropriétés ont été savamment investis, faisant du Bureau un acteur essentiel del’économie thaïlandaise et ce, dans tous les domaines : industrie,assurance, banque, etc. C’est cette richesse, estimée à 30 milliards dedollars, qui a permis au roi de mener à bien son action de développement, avecl’appui constant des gouvernements successifs.

Certainsbons esprits, à l’extérieur de la Thaïlande, ne manquent pas de critiquer cettefortune royale. Pour ma part, après 22 années passées dans différents paysd’Afrique, j’ai tendance à préférer voir une fortune royale devenue un moteurdu développement national qu’une fortune présidentielle obtenue aux dépends del’économie du pays, comme c’est malheureusement trop souvent le cas dans lesEtats africains.

Le roiBhumibol est un Bouddhiste fervent. Comme c’est l’usage, il a été moine pendantdeux semaines, en 1956, à la suite du décès de sa grand-mère. Malgré lesrichesses à sa disposition, il mène une vie relativement simple et austère.Depuis un demi-siècle, il a renoncé aux voyages à l’étranger, préférant seconsacrer à son pays, dont il a visité chaque district et peut-être même chaquevillage.

Depuisquelques années, le souverain thaïlandais, qui a toujours été de constitutionfragile, a eu plusieurs sérieux problèmes de santé. Il a ainsi été hospitaliséà plusieurs reprises. Même si le sujet est assez tabou, l’inquiétude est réelleau sein de la population.

BhumibolAdulyadej est un souverain hors du commun sur la scène internationale. Illaissera une marque indélébile dans l’histoire de son pays. Le moment venu, sonfils, le prince héritier Vajiralongkorn, né en 1952, deviendra le dixièmesouverain de la dynastie des Chakri. Il aura cependant fort à faire pour égalerson père dans le cœur de ses sujets.

Ce 5décembre, le roi aura 84 ans. Il a eu une vie bien remplie. Son portrait et l’emblèmeroyal doivent déjà couvrir le pays tout entier, avec l’inscription suivante :Song phra charoeun ! Ce quisignifie « bon anniversaire » en langue royale, différente du Thaïordinaire. Un bon anniversaire, donc, à un grand monarque, qui auraprofondément marqué plusieurs générations de Thaïlandais ! Le royaume qu’illaissera à son successeur est assurément fort différent de celui qu’il trouva,voici 61 ans, à son retour de Suisse.



HervéCheuzeville, 4 décembre 2011



(Auteur de trois livres: "Kadogo, Enfants des guerres d'Afrique centrale",l'Harmattan, 2003; "Chroniques africaines deguerres et d'espérance", Editions Persée, 2006; "Chroniques d'un ailleurs pas si lointain -Réflexions d'un humanitaire engagé", Editions Persée, 2010)






[1] Prononcer : Phoumiphon Adounyadet. Ce nomsignifie « Puissance du sol Pouvoir incomparable ».


[2] Le père du roi, le MahidolAldulyadej, prince de Songkhla (1892-1929), est considéré comme le père de lamédecine moderne.


[3] Dont certains constituent d’ailleurs les provincesméridionales, à majorité musulmane, de l’actuelle Thaïlande.


[4] PlaekKhittasangkha, alias Pibulsonggram (1897-1964), fut l’un des principaux acteursde la révolution de 1932, puis premier ministre et dictateur de 1938 à 1944,puis de 1948 à 1957.


[5] L’aînée des filles, la princesse Ubol Ratana, arenoncé à son statut de princesse, en 1962, pour épouser un citoyen desEtats-Unis, où elle a longtemps vécu. Le fils autiste de cette princesse fut tuéen 1984, lors du tsunami qui ravagea le littoral de l’océan indien. Il avait 21ans. Depuis, la princesse a créé une fondation en faveur des enfants autistes.



Hervé Cheuzeville

tel: +33 (0)625 07 41 33
e-mail: achecer@yahoo.fr
website: http://cheuzeville.net



avatar
penserosu

Messages : 3339
Date d'inscription : 30/06/2008
Localisation : bastia

Voir le profil de l'utilisateur http://www.musanostra.fr

Revenir en haut Aller en bas

2 Décembre, triste date!

Message  penserosu le Lun 5 Déc - 9:58

d'Hervé Cheuzeville


Chaque 2 décembre j’ai une penséeémue pour un pays qui compte beaucoup pour moi : le Laos, ancien Royaumedu Million d’Éléphants. Ce pays fut, pour une grande part, à l’origine de monengagement humanitaire, à la fin des années 70, lors de l’arrivée en France demilliers de réfugiés de ce pays. Je m’impliquai alors dans leur accueil. Celame poussa à aller en Thaïlande, dans les camps. J’y suis souvent retourné, ypassant chaque année de nombreux mois. Avec d’autres, j’ai crée des écolesprimaires dans de petits villages de réfugiés, le long de la frontièrelaotienne. A la fin des années 80, alors que je me trouvais déjà en Afrique, legouvernement thaïlandais rasa ces villages – et nos écoles - et expédia leurshabitants dans l’immense camp de Napho, près de la ville de Nahon Phanom. Cetteaction en faveur des réfugiés laotiens me détermina aussi à étudier la langue,l’histoire et la culture de ce pays. En 1987, j’eus l’occasion d’y travaillerquelques mois, pour le compte d’une ONG, et d’y faire l’expérience de la vie enpays communiste, de surcroît occupé et dominé par le trop puissant voisinvietnamien.

Pourquoi donc penser au Laos, le2 décembre de chaque année ?

C’est le 2 décembre 1975 que leRoyaume du Laos fut aboli, remplacé par une « République DémocratiquePopulaire Lao ». Le magnifique drapeau rouge, frappé de trois éléphantsblancs fut remplacé par le drapeau du mouvement communiste laotien. Depuis lesannées 50, le Laos avait tenté de rester en dehors de la guerre qui faisaitrage dans le pays voisin, le Viêt Nam. Mais les accords de Genève de 1954scellèrent le destin du Laos. Au lieu de permettre un retour à la paix, ledépart des Français et la division du Viêt Nam entre nord et sud amenèrent ledéclenchement d’une nouvelle guerre. Dans cette guerre, le Laos fut impliquémalgré lui. Car le Nord-Viêt Nam communiste utilisa les confins orientaux duLaos pour acheminer des hommes et du matériel au Sud-Viêt Nam pro-occidental.La fameuse « piste Hô Chi Minh » était entrée dans l’Histoire. Il n’apourtant jamais été assez dit que cette piste légendaire passait en fait enterritoire laotien, violant ainsi la neutralité et la souveraineté du pays.Afin de masquer cette occupation de fait de l’est du Laos, le régime communisted’Hanoï créa de toutes pièces une « rébellion » laotienne, dans lazone où passait la fameuse piste. Le Neo Lao Hak Xat[1]était né. Pour diriger ce mouvement « frère », les Vietnamiens choisirentun Laotien de père vietnamien, Kaysone Phomvihane[2].Cet homme consacra toute sa vie à la communisation et la vietnamisation duLaos. Afin de masquer aux yeux du monde le caractère vietnamien du mouvementcommuniste laotien, un homme de paille fut trouvé pour le« diriger ». C’est ainsi que le « prince rouge », Souphanouvong[3],apparut sur la scène politique. C’étaitun authentique prince laotien, de surcroît demi-frère du prince Souvanna Phouma[4],chef du gouvernement neutraliste du pays. Véritable histoire de famille quecette politique laotienne, puisque le chef de la droite pro-américaine n’étaitautre que le prince Boun Oum[5],cousin des deux premiers.

C’est cette utilisation duterritoire laotien par le régime communiste de Hanoï qui décida le présidentKennedy à faire intervenir directement les Etats-Unis dans ce conflit. Pendantune décennie, la partie orientale du Laos fut abondamment bombardée par les B52étasuniens, sans pour autant parvenir à empêcher les armes et les hommes derejoindre les maquis viêt cong[6]du Sud-Viêt Nam, via la piste Hô Chi Minh. Aujourd’hui encore, au Laos, 38années après la fin de ces bombardements, des engins non explosés continuent àtuer des civils laotiens.

Les accords de Paris de 1973marquèrent le début du retrait des forces étasuniennes du Viêt Nam et la findes bombardements. Ces accords ne furent qu’un marché de dupes, puisque lescommunistes nord-vietnamiens profitèrent de ce désengagement US pour intensifierleurs infiltrations au Sud, toujours via le Laos, et lancer leur offensivefinale du début de 1975. Fatidique et dramatique année que cette année-là, quivit l’ensemble de l’ex-Indochine Française basculer dans l’interminable nuitcommuniste, marquée par tant de drames et de tragédies sans nom. Le 17 avril,après un long et terrible siège, Phnom Penh, la capitale du Cambodge, tombaitaux mains des fanatiques Khmers Rouges. Eux aussi étaient une émanation ducommunisme nord-vietnamien. Mais, leur nationalisme xénophobe les avait faitrompre, quelques années plus tôt, avec leur encombrant allié. Cette ruptureallait provoquer, trois années plus tard, la première guerre entre Étatscommunistes, qui se solda par l’occupation vietnamienne du Cambodge. Le 30avril, les troupes régulières nord-vietnamiennes, déguisées en « Viêt Cong», s’emparaient de Saigon, la capitale du Sud. Par une humiliante ironie, lesnouveaux maîtres devaient rapidement la rebaptiser « Hô Chi MinhVille », du nom de l’ancien leader nord-vietnamien, décédé six ans plustôt. L’année suivante, la fiction d’un Sud « libéré » par lesSudistes disparaissait définitivement, avec l’unification officielle du ViêtNam sous le nom de « République Socialiste du Viêt Nam », Hanoï endevenant la capitale.

La Laos bascula plus lentement.Le gouvernement d’union nationale se maintint encore quelques mois. Mais, le 2décembre, les masques tombèrent. Le Neo Lao Hak Xat, qui contrôlait déjà lepays et la réalité du pouvoir, contraignit le prince Souvanna Phouma àdémissionner. Les politiciens proaméricains s’enfuirent en Thaïlande. LaRépublique Démocratique Populaire Lao fut proclamée et le prince Souphanouvong devintson premier président. Fonction purement honorifique, puisque la réalité dupouvoir était détenue par le secrétaire-général du parti, KaysonePhomvihane. Le changement de régime au Laos fut à peinecommenté par les grands médias internationaux, qui avaient pourtant fait leurUne, des jours durant, de la chute de Phnom Penh et Saigon, 7 mois auparavant.Je me souviens avoir lu, alors, un bref article dans « Le Monde », enpages intérieures. La même indifférence internationale ignora longtemps laprésence des troupes vietnamiennes au Laos. Cette occupation de fait du payspermit au régime communiste de Kaysone de perdurer, malgré l’exode massif decentaines de milliers de Laotiens à travers le Mékong, le fleuve qui délimitela frontière avec la Thaïlande. Cette présence militaire vietnamienne permitaussi de contenir puis de réduire la résistance armée anticommuniste, enparticulier celle de la minorité Hmong, au nord du pays. Pour ce faire, desbombardements chimiques furent utilisés (la fameuse « pluie jaune »).Là encore, les réactions internationales furent inaudibles. Des milliers defonctionnaires, d’anciens militaires et de bonzes furent envoyés en« séminaires » (pudique appellation des camps de rééducation). Nombred’entre eux n’en sont jamais revenus, à l’instar du roi, de la reine et duprince héritier[7] qui, euxaussi, connurent ce sort tragique.

La fin de guerre froide puis ladisparition de l’Union Soviétique ne permirent pas au Laos de retrouver saliberté. Ce pays fait aujourd’hui partie des cinq derniers États communistes dela planète[8]. Infortuné peuple lao ! Rien ne le prédestinaità figurer parmi les derniers à subir le joug communiste. Ce peuple de paysansn’avait pourtant pas attendu Karl Marx et Lénine pour expérimenter une sorte decommunautarisme agraire, des siècles durant. Le Laos n’avait pas de classe ouvrière,et il ne comptait pas de grandes propriétés avec employés agricoles asservis,comme aux Philippines. La seule etunique raison pour laquelle le Laos est devenu communiste – et l’est demeuréjusqu’à ce jour - c’est sa proximité géographique avec le Viêt Nam. Ce dernier pays compte aujourd’hui plus de 90millions d’habitants, pour 331 000 km². Le Laos, avec 236 000km²,a moins de 7 millions d’habitants, y compris une forte minorité d’originevietnamienne. L’avenir de ce paisible pays semble donc scellé. Tant que levoisin vietnamien restera communiste, le peuple laotien continuera à subir cerégime imposé de l’extérieur. En Afrique, des pressions internationales ontcontraint les pires dictatures à passer la main ou à ouvrir l’espace politiqueà des partis d’opposition. Au Cambodge voisin, ces mêmes pressions ontcontraint le Viêt Nam à retirer ses troupes en 1989 et, après une transitionsupervisée par les Nations Unies, un système multipartite y a été mis en place.Certes, Hun Sen, l’ancien chef communiste provietnamien, est toujours le chefdu gouvernement. Mais la monarchie a été restaurée, et l’opposition joue sonrôle. D’opposition, il n’en est nullement question au Laos. 36 années après laproclamation de la RDPL, 19 années après la mort de Kaysone, le partirévolutionnaire populaire lao[9]continue de régner en maître. Le régime de Vientiane est toujours un régime àparti unique, comme au bon vieux temps. Certes, le Laos s’est ouvertéconomiquement depuis la fin des années 80. Il est même devenu une destinationtouristique à la mode. Mais cette ouverture a surtout profité aux apparatchiksdu parti, qui se sont enrichis en faisant affaire avec des capitalistessino-thaï venus de Thaïlande pour investir dans tous les secteurs de l’économielaotienne. Comme en Chine, comme au Viêt Nam, on a assisté à la naissance d’uncapitalisme sauvage, drapé des oripeaux du communisme. Mais, si ce système hybridea permis un réel décollage économique en Chine et au Viêt Nam, ce ne fut pas lecas du Laos, qui demeure l’un des pays les plus pauvres de la planète.

Aujourd’hui, nombre d’anciensréfugiés, ou d’enfants de réfugiés, rentrent d’Amérique ou d’Europe pour tenterleur chance dans leur pays d’origine. Il faut donc espérer que leur influencepermettra un jour au Laos de s’ouvrir politiquement, et de décolleréconomiquement. Pour ma part, je continue à avoir la nostalgie du pays duMillions d’Éléphants, et je pense fort à lui, en ce 2 décembre.





Hervé Cheuzeville, 2 décembre2011





(Auteur de trois livres: "Kadogo, Enfants des guerres d'Afrique centrale",l'Harmattan, 2003; "Chroniques africaines deguerres et d'espérance", Editions Persée, 2006; "Chroniques d'un ailleurs pas si lointain -Réflexions d'un humanitaire engagé", Editions Persée, 2010)






[1] FrontPatriotique Laotien, connu internationalement sous le nom de « PathetLao » (surnom impropre, puisqu’il signifie tout simplement « payslao »).


[2] De sonvrai nom (vietnamien) Nguyen Cai Song (1920-1992)


[3] SouvineSouphanouvong (1909-1995), premier président de la République DémocratiquePopulaire Lao (1975-1991)


[4] SouvannaPhouma (1901-1984), chef du gouvernement à trois reprises (1956-58, 1960 et1962-75)


[5] Boun OumNa Chapassak (1912-1980), chef du gouvernement à deux reprises (1948-49 et1960-62)


[6] Le termevietnamien « viêt cong » désigne la guérilla communistesud-vietnamienne qui lutta contre le régime de Saigon et son allié US. Le terme « viêt minh », quant àlui, désigne la guérilla qui lutta contre la présence française jusqu’en 1954.


[7] En 1977,le roi Sri Savang Vatthana (né en 1907) fut envoyé en camp de rééducation, encompagnie de son épouse la reine Khamphoui et de leur fils aîné le prince VongSavang. Leur mort ne fut jamais ni annoncée ni confirmée par les autorités deVientiane.


[8] AvecCuba, la Corée du Nord, la Chine et le Viêt Nam.


[9] Nomactuel de l’ancien Neo Lao Hak Xat des années de guerre



Hervé Cheuzeville

tel: +33 (0)625 07 41 33
e-mail: achecer@yahoo.fr
website: http://cheuzeville.net
avatar
penserosu

Messages : 3339
Date d'inscription : 30/06/2008
Localisation : bastia

Voir le profil de l'utilisateur http://www.musanostra.fr

Revenir en haut Aller en bas

Honneur et fidélité :le sacrifice du colonel Robert Jambon

Message  penserosu le Lun 5 Déc - 18:42














window.gbar&&gbar.eli&&gbar.eli()

+Vous
Gmail
Agenda
Documents
Photos
Sites
Web
Plus

Groupes
Reader
YouTube


Images
Vidéos
Maps
Actualités
Shopping
Traduction
Livres
Scholar
Blogs


Encore plus »



Account Options
amusanostra@gmail.com



bastia musanostraamusanostra@gmail.comCréer mon profil
Confidentialité
Paramètres de compte




Déconnexion



<li class=gbt><a class=gbgt href="?logout&hl=fr"><span class=gbtb2></span><span class=gbts>Déconnexion</span></a></li><li class="gbt gbtb"><span class=gbts></span></li>

Paramètres de messagerie
Aide de Google Mail


Signaler un bug



window.gbar&&gbar.elp&&gbar.elp()




Gmail Logo











Rechercher dans les buzz

Rechercher dans les messages

Rechercher sur le Web

Afficher les options de recherche
Créer un filtre



Nouvelle interface |





L'interface de Gmail va bientôt changer. En savoir plus Ne plus afficher








Messagerie

Contacts


Liste de tâches






Nouveau message







Boîte de réception (231)




Buzz




Important




Messages envoyés




Brouillons (7)




Tous les messages








[Gmail]Corbeille









Déplacement









Personnel








6 de plus ▼



Type de boîte de réception



Classique


Importants d'abord


Non lus d'abord


Suivis d'abord


Boîte de réception Prioritaire

Essayez-les tous et choisissez ce qui vous convient le mieux.
Testez tous les styles de boîte de réception pour trouver celui qui vous convient le mieux. Vous avez toujours la possibilité de revenir au style initial si vous changez d'avis.

Réactiver les onglets








Messages suivis




Tous les chats




Spam (928)




Corbeille








Accusés de réception









Professionnel







Gérer les libellés

Créer un libellé






bastia musanostra




Utilisateurs du lecteur d'écran : cliquez ici pour désactiver le chat et actualiser Gmail.










bastia musanostra











Ma disponibilité…

















Appel téléphonique






sabine lautrey Invité(e)











amélia martinez Invité(e)











nazario augusto Invité(e)











News Book Invité(e)











Sanda Voica Invité(e)











Alain WACOGNE Invité(e)











Andre Mattei Invité(e)











antoine-marie canazzi Invité(e)











Cindy Techer Invité(e)











claire vallecalle Invité(e)











Clement Harmegnies Invité(e)











corse montpellier Invité(e)











dom moro Invité(e)











elena nahra Invité(e)











Gino Invité(e)











grégory hosteins Invité(e)











Janie Den Boer Invité(e)











Julia Gasper Invité(e)











marie bereni Invité(e)











marie jose vannucci Invité(e)











Marie Pierre Bracconi Invité(e)











Marie-Hélène MURACCIOLI Invité(e)











nathalie chateau-artaud Invité(e)











nicole Robert-Barromé Invité(e)











Patrizia Gattaceca Invité(e)











Philippe Lafortune Invité(e)











pierre pompanon Invité(e)











Xavier LEFEBVRE Invité(e)













Inviter un ami





Faire découvrir Gmail à :





Envoyer une invitation 50 invitation(s) restante(s)


Aperçu de l'invitation
































Archiver

Spam

Supprimer









Déplacer vers


Libellés



Plus









Tous


Aucun


Lus


Non lus


Suivis


Non suivis






1–50 sur 4036














>

<

Pourquoi cette annonce ?

Bons d'Achat à Imprimer - www.GROUPON.fr/Montpellier - Imprimez vos Bons d'Achat Jusqu'à -70% à Montpellier.

























Cheuzeville Herve








Honneur et fidélité : le sacrifice du colonel Robert Jambon - Honneur et fidélité : le sacrifice du colonel Robert Jambon Le 27 décembre 2009, commençait …



16:07








Compuware Gomez APM Solu.








Live Webinar: Swarovski / User Experience optimieren - eCommerce Umsätze steigern! 6.12... - eCommerce System & User Experience optimieren So vermeiden Sie unzufriedene Nutzer! Dienstag …



15:56








Corsica Ferries








Nouveau tarif résident "utilitaire" à partir de 256€ ttc! - Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, suivez ce lien. Rejoignez-nous sur …



14:07








(expéditeur inconnu)








(Cuurdinazione Corsa) Une piqûre de rappel ! - Introduction du « Grand angle » que le mensuel Corsica a consacré au livre « Corse, éloge de …



10:54








Christophe Le Du








Duplication CD/DVD en petite série - Voir la version en ligne "Duplisoluce propose à tous les acteurs de la filière musique une …



10:39








L'ATELIER








tr: COURS DE CUISINE - Message du 05/12/11 00:17 > De : "L'ATELIER" > A : "marineatelier …



10:14








marie vannucci








je viens de parler à monique, - l'école de Lucca veut une réponse de l'école de Bastia au plus vite sinon il parait l …



10:03








redactionmagazine








Titres du jour : Mirabeau l'interview d'outre-tombe, Pluie de livres sur Montreuil, Dor... - Si ce message ne s'affiche pas correctement cliquez, ici. Lundi, 05 Décembre 2011 Mirabeau …



09:30








Private Outlet








OAKWOOD cuirs, TOMMY HILFIGER montres, MEPRA articles de cuisine et DEGLON couteaux pro... - Veuillez ajouter delivery@privateoutlet.com à votre carnet d'adresse pour garantir la bonne …



08:13








Surinvitation.com








Wolbar (lingerie), Sefama (cuisine, maison), Replay (montres) - Si vous ne visualisez pas ce message, suivez ce lien Bonjour marie, ACCEDER A TOUTES LES VENTES …



06:37








Cdiscount








Pour MARIE FRANCE : cadeau de dernière minute ! - Si vous ne visualisez pas correctement ce message, cliquez ici 05/12/11 Cdiscount N°1 du e …



05:20








Brandalley








Gas bijoux, Burlington, Gentleman Farmer, CK Underwear Men, Antik Batik, Freeman T Port... - Si vous ne souhaitez plus recevoir nos offres, vous pouvez vous désabonner. Si le message ne s …



03:46








Cheuzeville Herve








2 décembre, triste date! - 2 Décembre, triste date! Chaque 2 décembre j'ai une pensée émue pour un pays qui compte …



4 déc.








Cheuzeville Herve








Bhumibol Adulyadej, souverain hors du commun - Bhumibol Adulyadej, souverain hors du commun Dans ma chronique du 2 décembre concernant le Laos …



4 déc.








Cheuzeville Herve








(aucun objet) - Bhumibol Adulyadej, souverain hors du commun Dans ma chronique du 2 décembre concernant le Laos …



4 déc.








Asso








A SCUSA DI PASQUALE PAOLI - U TEATRINU - CORTI - SALA NATALE LUCIANI – MERCURI U 7 DI DECEMBRE 8 ore è mezu di sera. A SCUSA DI …



4 déc.








cgi-mailer








Données du formulaire - Nouvelle entrée …



4 déc.








janiedb@wanadoo.fr








J'arrive! - Pardonnez moi, chère Marie-France, pour cette éclipse. J'ai eu un peu de mal à démarrer …



4 déc.








cderostand@venteprivee.c.








Cimarron, Rue Princesse - Maroquinerie, Durance, Valisère lingerie, Béaba puériculture,... - Si le message ci-dessous ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser dans votre …



4 déc.








Ina.fr








Confirmation d'inscription sur le site Ina.fr - Bonjour musanostra, Bienvenue dans la communauté Ina.fr ! Vous avez désormais accès aux …



4 déc.








moi








lien vers une très intéressante émission - http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPB80057976/la-corse-d-hier-et-d-aujourd-hui …



4 déc.








moi








reste à ajouter la photo du livre et ensuite tu me renvoies tout - CUSMUGRAFIA, Marcu Biancarelli, Ed. Colonna 2011 lu par Bénédicte Savelli (de www.musanostra.fr …



4 déc.








support








[Odexa.net] Acc&egrave;s au formulaire de modification de votre site - Bonjour, Vous avez demandé l'accès au formulaire de modification de votre site http://www …



3 déc.








cderostand@venteprivee.c.








Télévision, Internet, téléphonie : Numericable, des offres fibres exceptionnelles à déc... - Si le message ci-dessous ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser dans votre …



3 déc.








Amazon.fr - Livres








Livraison gratuite pour "La cabane magique, tome 39 : Les petits ramoneurs de Londres" ... - Amazon.fr Bonjour, Nos clients ayant acheté ou évalué un livre de Mary Pope Osborne pourraient …



3 déc.








Xavier, moi (3)








Résultats Concours de nouvelles 2011 ? - Pardon de n'avoir pas saisi. Merci de ces informations. Cordialement. Xavier Lefebvre Le 3 …



3 déc.








cderostand@venteprivee.c.








The Kooples, Sebago, Absorba, Daniel Hechter lingerie, Ideal Standard, Pianegonda joail... - Si le message ci-dessous ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser dans votre …



3 déc.








www.impression-ing.fr








Les flyers les moins chers de France... C'est ici ...c'est sûr !!! - www.impression-ing La première centrale d'achat des produits imprimés Meilleur rapport …



3 déc.








Surinvitation.com








Ugg Australia (bottes), Iphone (accessoires). Pierre Cardin (linge de lit) - Si vous ne visualisez pas ce message, suivez ce lien Bonjourmarie, ACCEDER A TOUTES LES VENTES EN …



3 déc.








Patricia








Fwd: agenda décembre - Envoyé de mon iPhone Début du message transféré : Expéditeur: Comité Citoyen …



3 déc.








support








Je ne retrouve pas notre logo ? - Bonjour, Vous avez inscrit votre site http://www.musanostra.fr sur http://annuaire.odexa.net/ En …



3 déc.








Brandalley








Les Petites, Buffalo, Selection Cachemire, La City, Bonobo Jeans, 48h pour craquer chau... - Si vous ne souhaitez plus recevoir nos offres, vous pouvez vous désabonner. Si le message ne s …



3 déc.








cderostand@venteprivee.c.








EDEN: Offrez-vous toutes vos envies ! Une offre exceptionnelle Rosedeal dès samedi 3 dé... - Si le message ci-dessous ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser dans votre …



3 déc.








Bénédicte S. (2), Brouillon








(aucun objet) - CUSMUGRAFIA, Marcu Biancarelli, Ed. Colonna 2011 "SE DEVOYER AVEC MARCU BIANCARELLI"par …



2 déc.








Michele, moi (2)








livre/lecture/ - Message transféré De : Michele <acquaviva.michele@wanadoo.fr> Date : 2 …



2 déc.








cgi-mailer








Données du formulaire - Nouvelle entrée …



2 déc.








marie anne








Envoi d’un message : Envois Internet - Salut!! Je t'envoie les extraits demandés. Si cela n'est pas suffisant ou ne te convient …



2 déc.








editions eoliennes








Xavier D. de Casabianca / Vernissage au Point de rencontre, Bastia, le 8 décembre à 18h - Rencontre au point • au Point de rencontre Xavier D. de Casabianca Une exposition du 9 …



2 déc.








LIBRAIRIE, moi (2)








INVITATION - Forwarded message From: LIBRAIRIE POINT DE RENCONTRE <librairiepointderencontre …



2 déc.








Evenement RueDuCommerce








15€ de reduction en payant avec Buyster ! - Si vous avez des difficultés pour visualiser ce message, cliquez ici Pour etre sur de recevoir …



2 déc.








Adobe Systems








Accélérez les révisions documentaires partagées avec Acrobat X. - Adobe® logo Une collaboration plus efficace. Jugez par vous-même | À lire en ligne Adobe …



2 déc.








Amazon.fr








Kindle : promotion spéciale Noël - Si cet email ne s'affiche pas correctement, cliquez ici. Amazon Kindle Boutique Kindle …



2 déc.








commande, Batterie.fr (2)








Commande en ligne. FA112028939 - Bonjour, merci pour la commande. Celle-ci sera expedier des la reception du reglement. Cdlt …



2 déc.








Booking.com








Hôtels à au moins 50 % de réduction - Voir cet e-mail comme une page web. Booking.com réservations d'hôtels en ligne Accueil …



2 déc.








santelli pierre laurent








chjoccu d'arte - salute, voici la doc de l'émission ciao à prestu



2 déc.








LM Esthetique








Esthéticienne à domicile Haute Corse - http://www.lmesthetique.fr> Si vous ne souhaitez plus recevoir de mail de ma part, répondez …



2 déc.


















moi, LIBRAIRIE (2)








choco litt - Ne vous en faites pas, j'ai prévu le goûter. A 19h vous trouverez facilement de la place. A …



2 déc.








moi








(aucun objet)



2 déc.








Private Outlet








NOUVEL AG raclettes et fondues, CHROM chemises et costumes homme, ANDREA CARDONE casque... - Veuillez ajouter delivery@privateoutlet.com à votre carnet d'adresse pour garantir la bonne …



2 déc.








(expéditeur inconnu)








(Cuurdinazione Corsa) conférence - Bonjour à toutes et à tous, Samedi 3 Décembre 2011, à 15h, Villa Gaspari-Ramelli à SISCO, l …



2 déc.














Archiver

Spam

Supprimer









Déplacer vers


Libellés



Plus









Tous


Aucun


Lus


Non lus


Suivis


Non suivis



1–50 sur 4036


















Archiver

Spam

Supprimer









Déplacer vers


Libellés



Plus







1 sur 4036





















Honneur et fidélité : le sacrifice du colonel Robert Jambon











Boîte de réception


X



























Répondre


|








Cheuzeville Herve achecer@yahoo.fr



afficher les détails 16:07 (Il y a 29 minutes)




































Par H Chezeuville

Le 27 décembre 2009, commençaitle rapatriement de plusieurs milliers de réfugiés Hmong du Laos. Ils vivaientdepuis des années entourés de barbelés, dans un camp du nord de la Thaïlande.Cette action concertée des gouvernements thaïlandais et laotien avait, à l’époque,suscité bien peu de réprobation internationale. Les grands médias évoquèrent àpeine cette malheureuse affaire. Quelquesjours plus tard, émus par ces affligeantes nouvelles, je consacrai un article àcet évènement. Je tentai ensuite de le faire circuler, via internet. Mon papierétait intitulé « La tragédie des Hmong du Laos ».Depuis, je l’ai intégré à mon dernier livre, « Chroniques d’un ailleurs pas silointain – Réflexions d’un humanitaire engagé », paru aux ÉditionsPersée en décembre 2010, tout juste un an après ce discret rapatriement.

Que sont devenus, depuis, cesmilliers d’hommes, de femmes et d’enfants ? J’avoue ne pas le savoir.Souvenons-nous cependant que c’est les armes à la main que nombre de ces hommesavaient combattu le régime communiste et l’occupation vietnamienne de leurpays.

Ce matin, cette tragédie m’a rattrapé. En effet, quelqu’un a bien voulu me transmettre la dernière lettre d’un officier français, le colonel Robert Jambon, 86 ans, commandeur de la Légion d’Honneur.Au début des années 50, cet homme avait passé plusieurs années dans les maquisHmong, dans les montagnes du Nord Laos. A l’époque, lui et ses camarades hmongse battaient, au nom de la France, contre l’invasion vietminh du Laos. Le 27octobre 2011, à Dinan, le colonel Jambon s’est tiré une balle dans la têtedevant le monument aux morts d’Indochine. J’avoue ne pas avoir entendu parlerde ce drame, lorsqu’il s’est produit. Cet homme d’honneur a été inhumé le 3novembre dernier à Riols, dans l’Hérault. Le colonel Jambon ne s’était jamaisremis d’avoir vu la France abandonner les Laotiens à leur triste sort. La tragédie du rapatriement des derniers réfugiés hmong semble avoir exacerbé en lui une vieille souffrance, qui ne l’avait quitté depuis 1954.

Aujourd’hui, je ne vais pas épiloguer sur la tragédie laotienne. Je l’ai déjà fait par le passé et encoretout récemment dans mon article intitulé « 2 décembre, triste date ».Je préfère céder la parole au colonel Robert Jambon dont je reproduis,ci-dessous et in extenso la dernière lettre. Ce nouvel article lui est dédié,en respectueux hommage à sa mémoire.




Hervé Cheuzeville, 5 décembre2011





MA DERNIERE CARTOUCHE

ULTIME COMBAT POUR UNE CAUSE ORPHELINE




Non ! Le Laos n’était pas une « colonie » comme lesautres. Nous ne l’avions pas pris de force : il s’était donné à nouslibrement à la suite d’une sorte d’attirance réciproque nouée à l’occasion d’évènementsdramatiques. « A la conquête des cœurs ! » écrivait AugustePAVIE dont la personnalité attachante avait séduit le vieux Roi Oun KHAM quiavait placé son royaume sous la protection de la France pour échapper à lacruelle tutelle du voisin Siamois.

Non ! Les Laotiens ne sont pas un peuple comme les autres. Leurart de vivre, leur façon d’être heureux malgré, ou peut-être à cause, d’uneextrême pauvreté ; leur aménité, leur nonchalance (parfois stigmatisée parleur laborieux voisin vietnamien), la bouleversante douceur de leurs femmes, lagentillesse de leurs enfants en font un peuple à part dans un monde dominé parla loi du profit. A l’exception notable de Hmong, victimes depuis 1975 d’un véritable génocide,ce ne sont pas de farouches guerriers mais ils savent, sans se plaindre, mourirau combat et ont le courage de se faire tuer en se portant au secours d’unfrère d’armes. C’est ainsi que, le 17juillet 1950 vers 14 h, près de Ban Saka, le chasseur Ba LAN, mortellementfrappé à mes côtés, ne prononce qu’un mot, thièp, pour me signaler qu’il estblessé ; il s’éteint, 10 heures plus tard, sans avoir une seule fois criésa souffrance ! Et lorsque, le 7 juillet 1954, je me débats dans la NamHin Boun en crue sous les tirs d’une cinquantaine de Viêts, le sergent LIENE,qui a déjà traversé la rivière, fait demi-tour et se jette à l’eau pour mesecourir ; il est tué d’une balle dans la tête à quelques brasses de moi !Et le lendemain (8 juillet), alors que, blessé, j’étais dans l’incapacité defranchir une barre calcaire de plusieurs centaines de mètres de haut pourrejoindre les miens, de braves paysans lao m’ont littéralement porté par-dessusl’obstacle, et cela au péril de leur propre existence !

Non ! Les Laotiens n’étaient pas des amis comme les autres, ceuxqui vous oublient lorsque viennent les épreuves et les dangers : quand lesJaponais exécutèrent leur « coup de force » du 9 mai 1945 avec unetraîtrise peu en rapport avec les principes du « bushido », il y eut,en de nombreux endroits, et notamment à Thakkek, une véritable chasse à l’hommeblanc. Ceux qui étaient pris étaient souvent décapités. Monsieur Henri FRAISSE,sous-préfet à Mortagne-au-Perche en 1991, se souvient : petit garçonhabitant Thakkek avec ses parents, lui et sa famille ont été sauvés par deslaotiens qui, au péril de leur vie, les ont emmenés, cachés et nourris jusqu’àce que tout danger soit écarté. Et dans tout le pays, les Laotiens ont agi demême, au secours des Français menacés.

C’est dans ce contexte d’amitié partagée que la France, du temps de sagrandeur, a signé, après Dien Bien Phu dont le choix avait été dicté par lesouci de protéger le Laos, trois traités garantissant la liberté et l’indépendancedu Royaume du Million d’Eléphants et du Parasol Blanc. D’abord le traité deGenève de 1954 mettant fin à notre guerre d’Indochine. Ensuite, les Accords deGenève de 1962 garantissant la neutralité du Laos. Enfin le Traité de Paris de1973 pour le respect et la reconnaissance de l’indépendance, de la souverainetéet l’intégrité territoriale du Royaume du Laos. Or, ces accords ont été violés,sans réaction notable des signataires, par la République Démocratique du ViêtNam (devenue depuis République Socialiste du Viêt Nam) : dès le retraitprécipité des Américains fin 1975, d’importantes forces arméesnord-vietnamiennes ont envahi le Laos et permis aux maigres effectifscommunistes lao de s’emparer du pouvoir par la force lors du « coup d’Etat »du 2 décembre 1975. Il faut savoir que les effectifs vietnamiens engagés àcette occasion ont été (officiellement) démobilisés sur place et convertis enouvriers travaillant dans le cadre d’un projet de développement rural financé par les aides internationales.En réalité, ces aides ne font qu’entretenir une armée d’occupation vietnamienne abritée dans la Zone Spéciale Stratégique de XaySomboun (au sud-ouest de Xieng Khouang), véritable Base de regroupement desoldats et cache d’armes lourdes (artillerie et blindés). Ces importantesforces vietnamiennes sont toujours prêtes à intervenir sans délai en cas desoulèvement populaire ou de coup d’Etat contre le gouvernement actuel, mis en place par Hanoï. C’est d’ailleursdans cette zone qu’ont eu lieu les répressions les plus féroces contre lesrésistants Hmong désespérément accrochés au fameux massif du Phou BIA. Enoutre, il m’a été confirmé par différentes sources (dont certaines sont implantéesau sein même du pseudo Gouvernement laotien), que le Viêt Nam avait procédé,depuis des années, à une massive colonisation de peuplement en installant au Laos, sur les meilleuresterres, 3 millions de Vietnamiens communistes bénéficiant d’avantagesexceptionnels. De surcroît, on constate une mainmise des Vietnamiens sur lesdifférents services artisanaux (coiffeur, menuisier, épicier, boucher etc.) audétriment des Laotiens.

Lorsque, fin 1975, les Américains se sont « désengagés » duconflit vietnamien, je n’ai pas compris que le Laos allait perdre sonindépendance et qu’une inhumaine dictature communiste allait lui être imposée par la force des armes. Nosgouvernants ont feint de croire qu’il s’agissait d’une affaire intérieurelaotienne, ce qui les dispensait d’agir dans le cadre de nos engagements. Etlorsque le Père Jean-Marie OLLIVIER, oblat de Marie Immaculée, a vouludénoncer, pour en avoir été témoin, cette ingérence d’une puissance étrangèredans les affaires intérieures d’un Etat indépendant, on lui a répondu… qu’on « nevoulait pas le savoir » ! J’ai d’ailleurs écrit à ce sujet un articlecontenant le récit détaillé du Père OLLIVIER sous le titre « Les lépreuxde SOMSANOUK et le Missionnaire qui en savait trop ».

Par suite du mutisme complice des autorités françaises, je n’ai apprisl’asservissement du Laos qu’en 1999, en lisant le témoignage terrifiant ducolonel Khamphan THAMMAKHANTI, l’un des rares rescapés de ces goulags qui fontpartie de la « culture » communiste. Ce récit, intitulé « Lavérité sur le camp-prison n° 01 ou camp de la mort au point 438-745 », m’aété transmis par SAR le Général Tiao SAYAVONG, ancien commandant de la 1°Région Militaire (Luang Prabang) et demi-frère du Roi Sri Savang VATTHANA. CeGénéral, que j’avais connu lieutenant à Thakkek en 1954, avait lui-même passé16 ans en « camp de rééducation ». Quelques temps après avoirtémoigné, lui et le Colonel THAMMAKHANTI sont morts des suites des mauvaistraitements qu’ils avaient endurés…

Avec une grande naïveté, j’ai pensé que nos « média » et nosgouvernants n’étaient pas « au courant ». Il m’appartenait donc de dénoncer le crime. Ceque j’ai fait en m’adressant aux grands journaux, aux mouvements de défense despeuples opprimés, aux politiciens, à Mr CHIRAC puis à son épouse, à certainevedette de la chanson, à Mr KOUCHNER, à Mr MENARD, à Mr d’ORMESSON, à Mr DEVEDJIAN,au candidat puis au Président SARKOZY et à son épouse. Les réponses sont alléesdu silence méprisant aux justifications minables ou mensongères. Et j’ai finipar comprendre qu’ils étaient tous « au parfum », un parfum decadavres, et que tous participaient à cette conspiration du silence qui entoureles crimes communistes.

Et puis, au début de 2010, est arrivé l’inacceptable : 4200 Hmongenfermés depuis des décennies dans un « camp de regroupement » thaïlandaisont été livrés à leurs bourreaux lao-viêts afin d’améliorer les bonnesrelations (commerciales) entre la République Démocratique Populaire Lao et leRoyaume Thaïlandais. Survenant au moment où l’on « commémorait » lasinistre « rafle du Vel. d’Hiv. » commise pour des raisons ethniques surdes effectifs comparables, ce crime (connu avant d’être consommé) auraitdû soulever une énorme vague d’indignation.C’était compter sans le pouvoir discrétionnaire des journalistes de tous bordsqui ont littéralement escamoté l’évènement. A part deux ou trois brefscommuniqués, que personne n’a repris mais qui pourront, plus tard, servir d’alibiet ce sont toutes « les belles consciences brevetées » qui sontrestées muettes, enveloppant dans unlinceul de silence les 4200 Hmong partis pour leur dernier voyage…

Après une période de découragement, j’ai décidé de jouer ma dernièrecarte, ou plus exactement de tirer ma dernière cartouche. Dans ma tête. En d’autrestermes, je vais me faire « sauter le caisson » pour expier ma part dehonte et protester contre la lâche indifférence de nos responsables face auterrible malheur qui frappe nos amis Lao. Ce n’est pas un suicide mais un actede guerre visant à secourir nos frères d’armes en danger de mort. Quant à vous, les gouvernants sans honneur,vous, les grands « média » sans courage et vous, les « collabos »sans vergogne, je vous crache mon sang et mon mépris à la gueule !

Je demande pardon à tous ceux qui m’aiment pour le chagrin que je vaisleur causer.




Le Colonel Robert JAMBON

Retraité desTroupes de Marine



Hervé Cheuzeville

tel: +33 (0)625 07 41 33
e-mail: achecer@yahoo.fr
website: http://cheuzeville.net




























avatar
penserosu

Messages : 3339
Date d'inscription : 30/06/2008
Localisation : bastia

Voir le profil de l'utilisateur http://www.musanostra.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: dans la vie il faut partager, dissertation reçue par internet, il fallait le dire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum