Lire au Soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lire au Soleil

Message  Marie-Hélène Ferrari le Mar 6 Juil - 11:48

Avant de commencer à relater ces trois jours je tiens à préciser ici, que tout récit est éminemment subjectif, que tout événement peut avoir été vécu de diverses façons, sans que l’auteur du rapport ne soit jugé de mauvaise foi, ainsi donc, mes propos n’engagent que moi.
La manifestation s’est donc ouverte sur la conférence à la cinémathèque réunissant F.Lenoir, Marie de Hennezel, Regis Debray et Alain Pozarnik sur le thème de la transcendance. Prestigieux plateau qui cependant a manqué d’un animateur et les propos des uns et des autres bien que de très haute tenue, se sont dilués sans des axes différents, sans que l’un n’apporte de réponse aux autres. J’ai en ce qui me concerne beaucoup apprécié M.Debré et M. Pozarnik, subtils, concis, et très pertinents. Plus tard, lorsque nous avons reparlé de cette conférence, tout le monde a regretté que le propos ne soit pas mieux fédéré. Inconvénient mineur tout de même.
Signatures, puis départ pour le Belvédère pour un apéritif et un dîner très agréable. Je me suis trouvée en compagnie de Belinda Cannone, Cecile Adjali et Anne Marie Garat, ainsi que de Luciano Mélis, et Jocelyne Sauvard. J’ai-je l’avoue apprécié le pétillement et la joie gourmande de cette conversation. Nous avons préparé la conférence du lendemain sur le thème de l’écriture féminine. Belinda Cannone résidant chez moi, nous avons poursuivi cet échange.
Le fait est que la vie culturelle insulaire s’enrichit de l’expérience apportée par ces auteurs confirmés. Nous confronter à l’autre est une expérience stimulante. Le lendemain, diverses conférences ont eu lieu, je n’ai pu assister à toutes, mais j’ai entendu « Comment Jésus est devenu Dieu ». Le thème a fait déplacer nombre d’auditeurs, beaucoup de questions… pour ma part, j’avoue que bien que la personnalité très charmante, et très charmeuse de Lenoir attire la sympathie, je trouve que la mercantilisassions de la religion prend un aspect répétitif, un peu « Hansaplast » et je suis restée sur le banc de touche. Nous avons ensuite, avec les trois auteurs précités, partagé sur l’éventualité d’une écriture féminine et avons eu la joie de compter Régis Debré dans les auditeurs, qui nous a donné la réplique de façon caustique et savoureuse. Ce débat a plu au public dans la salle et j’ai adoré la pertinence de mes compagnes, leur aisance et leur professionnalisme, car elles ont peu d’ego, mais beaucoup de connaissance, et énormément de vitalité et de joie de vivre.
Toutes ont dénoncé la difficulté pour une femme de trouver les créneaux horaires permettant l’écriture, quand on est mère, et qu'on essaye de l’être correctement. Ainsi nous sommes parvenus à la conclusion qu’il peut exister une écriture féminine, mais qu’elle n’est pas le propre de la femme, que Balzac par exemple, dans « le journal d’une jeune mariée » avait écrit des pages que nous aurions revendiquées, que les femmes ont revendiqué dans les années 70 cette appellation, mais que nous ne sommes plus actuellement dans une ère revendicative, ni exploratoire.
Ensuite, rencontres avec le public, et éclats de rire d’une table à l’autre.
Nous avons dîné au restaurant I PINI, a Palombaggia, alors qu’au coucher du soleil, une horde déchaînée de moustiques attaquait en nuages serrés. Beaucoup de rires encore.
Le dimanche s’est poursuivi par la conférence de Musso, B.Cannone, sur le thème de la raison de l’écriture. Convoyant cette dernière, il m’a été impossible de garer ma voiture  et je n’ai donc rien entendu. Finalement retour à la librairie, rencontres avec le public, et départ.
Pour la liste complète des auteurs présents, je suis un mauvais reporter, car il est vrai que nous avons rapidement formé un groupe et que je me suis peu déplacée. Il n’en demeure pas moins que cette manifestation était stimulante, intelligente, et très agréable.
J’ai donc appris comme je vous l’ai dit que chez Actes Sud, on se réjouit de la sortie de l’ouvrage de J.Ferrari, de très haute tenue selon Anne-Marie.
Je vous conseille de plus vivement, la lecture de « Dégagements » de R.Debray. Le monsieur a été bourru avec certains, mais en ce qui me concerne, je suis complètement tombée sous le charme. Lisez aussi la très subtile Belinda Cannone, et surtout, « le sentiment d’imposture » et « la tentation Pénelope »
Anne Marie Garat nous donne « Pense à demain », c’est une vraie romancière, qui offre de ces pavés qu’on contemple avec délectation avant d’y sombrer. Je vous résumerai et plus mes lectures
Dernier mot. J’ai livré cette chronique dans un but de partage d’émotions, de sensations, elle est pour certains sûrement incomplète, et dans tout artefact, on peut trouver à redire. Pas de polémique donc s’il vous plait sur ce que je ne dis pas, ce que j’oublie, ou ce qui vous semble manquer. Les écrivains insulaires étaient largement invités, certains viennent, d’autres non. Vous pouvez comprendre sûrement que ma fascination se soit portée sur des voix entendues sur France Culture, ou des livres dont j’apprécie l’auteur depuis des années, sans remettre en cause pour autant la qualité insulaire.
avatar
Marie-Hélène Ferrari

Messages : 154
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 57
Localisation : Pianottoli-Caldarello

Voir le profil de l'utilisateur http://web.mac.com/mferrari5/site

Revenir en haut Aller en bas

Rencontres "lire au soleil"2010

Message  penserosu le Mar 6 Juil - 12:23

merci d'avoir pris la peine de rédiger ce compte rendu et de nous avoir fait un peu participer à ces rencontres ! Bien sûr que ce sont vos impressions ; la presse a donné les siennes et il en va ainsi pour tout
Mais nous ce qu'on attend, c'est justement le regard de quelqu'un sur un fait culturel qu'il s'agisse d'une rencontre de ce type ou d'un autre, d'un livre, d'une exposition, d'un film et même d'un voyage...
avatar
penserosu

Messages : 3339
Date d'inscription : 30/06/2008
Localisation : bastia

Voir le profil de l'utilisateur http://www.musanostra.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire au Soleil

Message  muvrinu le Ven 9 Juil - 10:36

la moindre des choses, ce serait de communiquer sur cet évènement , de faire passer le message sur les agendas, à la telé, la radio avant quil se produise , même dans les offices du tourisme, ...je l'ai appris sur ce forum, entre 2 discussions
on a eu l'impression que les lecteurs de corse ne sont pas aussi bienvenus que les auteurs d'ailleurs : le tout est il de se rencontrer entre soi (auteurs, editeurs...et quelques lecteurs ) ?

muvrinu

Messages : 151
Date d'inscription : 14/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

festivals , l'un plus l'un plus...

Message  richman le Ven 9 Juil - 19:13

mme Ferrari y a participé, sans doute parce qu'elle vit dans le sud ; sinon je ne pense pas que des auteurs ou lecteurs de haute corse par exemple soient invités

les associations culturelles comme a musa nostra (et il y a bien des gens qui se bougent en corse) doivent être invitées à participer, comme les lecteurs de tous poil !on est sans cesse confronté à du festival c'est dire de la vente, sans que le lecteur soit apprécié autrement qu'en acheteur
les associations où il faut noter que les adhérents sont nombreux et où personne ne se met en avant sont à mon avis la garantie du sérieux de tels festivals

richman

Messages : 125
Date d'inscription : 24/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire au Soleil

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum